Les records du monde planifiés
TwitterFacebookGoogle+Share

17août 2012
 

On a pu voir plusieurs fois aux JO, notamment en sprint, les athlètes ralentir lorsque la victoire est assurée afin de ne pas battre un record du monde. Pourquoi ? La réponse est simple : l’argent. Tous les records du monde ne rapportent pas la même somme ! Cette somme dépend du type de sport et de l’organisateur. Un record du monde battu lors de meetings peut valoir beaucoup plus qu’un record battu aux Jeux Olympiques !

L’IAAF, (l’association internationale des fédérations d’athlétisme) verse 100 000 dollars pour tout nouveau record du monde (en plus des récompenses pour le vainqueur de la course) lors des championnats du monde ou lors des jeux olympiques. Mais ce n’est pas le cas des meetings organisés par des organismes privés : voici une ligne extraite de la règlementation des meetings du challenge mondial de l’IAAF (et reste valable pour tous les meetings) : « L’attribution de bonus à verser à l’athlète ayant battu un Record du Monde lors d’un meeting sera laissé à la discrétion de l’Organisateur du Meeting. ». Les organisateurs ont donc bien compris que donner une prime supérieure à 100 000 dollars inciteraient les athlètes à battre des nouveaux records. Comme l’avait très bien compris Sergey Bubka qui battait ses propres records du monde centimètre par centimètre. L’évènement sportif gagne en notoriété avec de nouveaux records battus chaque année, et l’athlète gagne des bonus.

À titre d’information voici les sources de rémunération d’un athlète :

  • Terminer une épreuve en bonne position (une rémunération peut être accordé, à notre connaissance, jusqu’à la 12ème place)
  • Jetons de présences : les organisateurs s’arrachent des athlètes comme Usain Bolt car ils attirent la foule
  • Les sponsors

Il existe bien entendu des inégalités entre les sports et ça ne risque pas de changer de sitôt. En natation, les records du monde établis pendant les Jeux Olympiques sont réménurés 25 000 dollars par la FINA (4 fois moins !).

Nos idées d’amélioration

Nous n’avons pas la prétention d’apporter LA solution mais nous espérons que cela peut contribuer à diminuer les inégalités entre les sports et à encourager les sportifs à donner tout le temps le meilleur d’eux-mêmes.

1/ Il faudrait créér un fond commun international pour récompenser les sportifs de toutes disciplines qui battent les records du monde.

  • Cette somme serait donc la même quelque soit le sport et le pays.
  • Cette somme serait la même que ce soit un meeting privé, les Jeux Olympiques ou les championnats du monde car ce n’est pas la nature de l’évènement qui doit rendre ou non un record du monde plus ou moins important.

Ceci a pour but de mettre en avant la performance du sportif elle-même et ceci peu importe la nature de l’évènement. Ceci n’a pas pour but de diminuer la rémunération des sportifs, mais bel et bien d’établir une ligne de conduite plus juste. Les organisateurs de meetings rémunèreront à leur convenance les athlètes en fonction de leur classement. Il leur serait évidemment interdit de donner une prime aux athlètes qui battraient un record du monde au seul motif de ce nouveau record.

2/ Il faudrait éviter de retomber dans le cercle vicieux d’amélioration contrôlée de son record du monde :

  • Si un sportif bat un record du monde, il touche la prime maximale possible.
  • Si un sportif bat son propre record du monde une fois, il gagne 85% de la prime maximale.
  • Si un sportif bat son propre record du monde plus d’une fois, il gagne 60% de la prime maximale pour la deuxième fois, puis on retranche 10% pour les fois suivantes (soit 50%, puis 40% jusqu’à atteindre la limite de 10%).

En espérant que cet article contribue à la réduction des inégalités dans le monde du sport et l’incitation à la performance !

Sources :